Retour sur Belgique – Japon (2 – 3)

Be Sociable, Share!

Mardi 19 novembre 2013 : après un nul contre les Pays-Bas quelques jours plus tôt, le Japon affronte rien de moins que la Belgique elle-même, pays hôte de sa « mini-tournée » européenne, pointant à la 11e place du classement FIFA. Il s’agit de la quatrième rencontre entre les deux nations, la première sur le sol belge. Elle se déroulera au stade Roi Baudoin, également connu sous le nom du « Heysel », l’enceinte habituelle des Diables Rouges. Déjà qualifiés pour le Mondial, ces derniers s’étaient inclinés trois jours auparavant contre la Colombie et avaient à cœur de se rattraper devant leurs bouillonnants supporters. Comme au Stade de France l’an passé, le Japon avait les honneurs d’un match amical de prestige programmé en « prime time », à 21h.

Le bus des joueurs japonais arrivant au stade du Roi-Baudoin.

19h30 : les bus des deux équipes pénètrent discrètement dans le stade, escortés par la police. Tous les accès sont strictement verrouillés par les stadiers et il n’est donc pas possible d’approcher les joueurs sans posséder d’habilitation spéciale, telle celle portée par les journalistes et autres invités.

Les supporters nippons retirent leurs billets à des comptoirs spéciaux, situés à l’angle de l’avenue du Football et de celle de Bouchout.

Le fameux Atomium construit à l’occasion de l’exposition universelle de 1958 !

20h : les joueurs japonais sont les premiers à fouler la pelouse du stade, effectuant l’entraînement très séquencé et organisé qui leur est propre, avec deux groupes distincts de chaque côté (les titulaires et les remplaçants).

Les deux groupes nippons déjà au travail…

Le groupe des « titulaires » au footing avec Eugenio Albarella (préparateur physique)…

…Et celui des remplaçants supervisé par Naoki Hayakawa (second préparateur physique).

20h25 : les joueurs belges arrivent à leur tour sur le terrain.

Quelques étirements sur la touche pour commencer du côté des Belges…

Passes courtes entre titulaires nippons…

…suivies d’échanges de ballons.

Les gardiens ne sont pas en reste avec Maurizio Guido (entr. gardiens).

Poursuite de l’entraînement des titulaires avec une mini-opposition.

L’entraînement des Belges est plus léger en comparaison.

20h35 : apparition du trio arbitral turc sur la pelouse.

Le trio arbitral pour la rencontre (Aydinus, Ok, Tascioglu).

Fin de la mini-opposition…

…et début de la traditionnelle séance de tirs.

Le « gang des peroxydés » (Yamaguchi, Honda, Kakitani) enchaînant les jongles.

Saurez-vous reconnaître le joueur au bonnet ?

20h50 : fin de l’entraînement, les deux équipes rentrent au vestiaire pour se changer avant le coup d’envoi.

Et ce sont les remplaçants qui sont de corvée de ramassage de l’équipement…

Les Ultra Nippon dans la place !

La tribune de presse, bien garnie.

Début du protocole…

20h55 : le grand moment est arrivé, les joueurs des deux formations s’apprêtent enfin à arriver ensemble pour l’avant-match, avec les hymnes et les salutations.

La photo de l’équipe (qui ne risque pas d’être ratée vu le nombre de photographes nippons).

Entretemps, le stade s’est bien rempli !

Les joueurs japonais s’encouragent mutuellement avant le match.

21h05 : le coup d’envoi est donné dans une ambiance surchauffée, qui contraste singulièrement avec la température ambiante sur le plateau du Heysel, très fraîche.

Coup d’envoi donné par Hazard et Lukaku pour les Belges.

Le banc nippon, bien fourni.

Hotaru Yamaguchi, un joueur prometteur…

…à l’action en attaque !

Mirallas et Lukaku pris en tenaille par les joueurs japonais !

Yamaguchi est au marquage d’Eden Hazard.

Eden Hazard, chargé de frapper les corners, devant Kagawa.

Malheureusement pour les Nippons, trois jours après les erreurs commises contre les Pays-Bas, c’est une nouvelle approximation défensive qui va permettre à la Belgique d’ouvrir le score peu de temps après le quart d’heure de jeu, avec une sortie ratée de Kawashima sur Lukaku, suivie d’une défense étrangement absente de Gotoku Sakai, pourtant en couverture, sur Mirallas…La confusion est totale.

Les joueurs belges félicitant Lukaku (passeur) et Mirallas (buteur).

Le « replay » du but, avec un Sakai débordé dans le dos par Mirallas…

Kiyotake contre Van Buyten

Keisuke Honda toujours à la baguette pour les coups-francs…

…Avec son fameux effet « Mukaiten » !

Néanmoins, l’ouverture du score va conduire les Belges à baisser la garde, laissant le champ libre aux Japonais, qui vont peu à peu prendre la possession à leur compte et surprendre les Belges une vingtaine de minutes plus tard : Hiroki Sakai, qui s’était fait oublier sur le côté droit,  est lancé dans la profondeur par Honda et parvient à placer un centre parfait à destination de Kakitani dans la surface de réparation. Ce dernier, démarqué, le reprend d’une tête à bout portant pour l’égalisation !

Kakitani remet les compteurs à zéro entre les deux équipes !

Mi-temps au stade Roi-Baudoin…

…Retour aux vestiaires pour les deux équipes.

Endo remplace Yamaguchi pour la seconde période !

Concertation avant la reprise…

Coup d’envoi donné par Honda et Kakitani pour la seconde période.

Côté belge, c’est Fellaini qui a pris place en attaque à la place d’Hazard…

Kakitani bien surveillé par Van Buyten.

Le coup de tonnerre intervient seulement dix minutes après la reprise avec la frappe puissante décochée par Honda à l’entrée de la surface, synonyme de deuxième but pour les Nippons ! Le coup est parfaitement joué : Endo voit Kagawa dans la surface, mais ce dernier laisse intelligemment passer le ballon pour Honda, qui l’emmène sur son pied gauche…Pour la première fois de la partie, le Japon mène au score.  Et la démonstration est loin d’être terminée.

Honda parade après son but, bien félicité par ses coéquipiers.

Dix minutes seulement après leur deuxième but, les Samurai Blue vont enfoncer le clou par une action d’école typiquement japonaise en triangle Hasebe-Kakitani-Okazaki, ce dernier concluant d’une magnifique reprise ! 3-1, la Belgique est véritablement KO.

Le Japon au septième ciel après le but d’Okazaki !

Il était entré en jeu à la mi-temps à la place de Kiyotake.

Pendant ce temps, Osako se prépare à prendre celle de Kakitani…

Fellaini et Kagawa, coéquipiers à Manchester, adversaires en sélection…

Osako, joueur très attendu ce soir-là.

Honda parvient à récolter le seul carton du match…

Gotoku Sakai vs. Toby Alderweireld

Plus de 42 000 spectateurs pour la rencontre.

Duel intense au milieu.

Les Belges réussissent malgré tout à se relancer dans le match en réduisant la marque à dix minutes du terme par l’intermédiaire de Toby Alderweireld, auteur d’une belle tête sur corner.

Les Belges gardent espoir pour revenir !

Connaissant la fébrilité de son équipe dans ce genre de situations, Zac’ ne prend pas de risque et décide de faire rentrer deux joueurs à vocation défensive pour préserver le résultat.

Hosogai remplace d’abord Kagawa…

Le joueur du Hertha Berlin se montre très rassurant.

Puis Konno se substitue à Gotoku Sakai.

Heureusement, et malgré les nombreux coups de pied arrêtés dénichés par les Belges en fin de rencontre, les Japonais tiennent bon cette fois-ci et obtiennent leur première victoire en Europe depuis…le match amical contre la France en octobre 2012 ! Elle conclue de fort belle manière la mini-tournée au plat pays et met un terme aux critiques qui montaient depuis les deux défaites en Europe de l’Est le mois précédent.

Victoire assurée pour les Japonais au coup de sifflet final !

Les joueurs peuvent se congratuler pour leur performance…

Les supporters nippons en liesse !

Keisuke Honda est le premier joueur à les saluer.

Et salutations comme il se doit du reste de l’équipe.

En sa qualité de « local », Kawashima est sollicité en premier pour les interviews post-match…

Fair play, les supporters belges félicitent leurs homologues du Soleil Levant à la sortie de la rencontre, dans une ambiance bonne enfant qui n’a absolument pas été minée par la deuxième défaite d’affilée des Diables Rouges…Et qui a déjà des parfums de Brésil !

Le résumé grand format de la rencontre

Be Sociable, Share!