Japon – Chypre : la sélection chypriote présentée par Alfredo

Be Sociable, Share!


La sélection de Chypre: non, ce n’est pas l’équipe réserve de la Grèce !

Beaux, bruns, barbus et bronzés, les footballeurs Chypriotes affronteront demain le Japon pour montrer qu’ils sont quand même meilleurs que les Îles Féroé.

La sélection chypriote, c’est un peu le style d’équipe qu’on est ravi d’affronter lors de divers éliminatoires (Euro,CdM) : la réputation d’équipe faible, le beau voyage et les six points à la clé. Oui mais attention. Si cette équipe est sous-estimée, c’est à tort (demandez aux Portugais): la grande majorité de ses joueurs évolue dans l’injustement méconnu championnat local, et sont des joueurs expérimentés aux combats âpres de leur championnat, habitués aux ambiances (très très) chaudes des clubs chypriotes, et sont de véritable combattants dans l’âme. De plus, la nouvelle génération de joueurs peut désormais compter sur un arsenal technique bien plus conséquent que leurs aînés, qui eux n’ont pas bénéficié des progrès de la formation, désormais présente dans les grands clubs de l’île.
Lors des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2014, les Chypriotes ont malheureusement terminé derniers de leur poule, mais ils ont battu l’Islande, futurs barragistes (1-0), et ils ont obtenu le nul face à la Suisse (0-0).

Petite présentation de la sélection :

Le sélectionneur chypriote, Pambos Christodoulou.

Le sélectionneur : Pambos Christodoulou, en place depuis le début de l’année, était depuis 2013 entraîneur d’Anorthosis (on a depuis vu la chute incroyable du club depuis son départ). Il a entraîné durant deux saisons AEL, et a remporté le championnat 2011-12 avec ces derniers. Son seul match avec la sélection fut un amical face à l’Irlande du Nord (0-0). Il a pour l’instant pas mal chamboulé l’équipe, à tort ou raison, nous le saurons bientôt.

Les gardiens : ce n’est clairement pas le point fort de cette sélection ; le probable titulaire sera Christos Mastrou, gardien d’ENP (relégué en D2 chypriote), tandis que le second devrait être Panos Constantinou, d’Aris Limassol (autre relégué en D2). Le troisième larron est Giorgos Loizou, qui lui est déjà en D2 (Chalkanoras). Les Japonais pourront tirer de loin.

Les défenseurs : le taulier, c’est Elias Charalambous (Levadiakos, D1 grecque), triple vainqueur du championnat, triple vainqueur de la coupe, et en équipe nationale depuis 2002. Autre titulaire, Giorgos Merkis (Apollon Limassol, où il a fait toute sa carrière, depuis 2001), auteur d’une excellente saison. Le poste d’arrière gauche devrait être occupé par Valentinos Sielis (Anorthosis), qui a joué sous les directives du sélectionneur en 2013. Et le poste d’arrière droit serait plutôt pour Charalambos Kyriakou (Omonia), ou encore Angelis Charalambous (Apollon), qui a aussi évolué en Écosse (Motherwell).
Les autres défenseurs que vous pourrez voir à l’œuvre : Marios Charalambous (APOEL), Marios Stylianou (APOEL), Nikolaos Ioannou (APOEL).

Les milieux : évidemment on retrouve un autre patron de cette sélection, c’est Constantinos Charalambides (APOEL), cinq fois vainqueur du championnat, triple vainqueur de la coupe. Il sera épaulé de Constantinos Makrides (Metalurh Donetsk, D1 ukrainienne), le petit milieu polyvalent en sélection depuis 2004. Le poste de milieu offensif revient à Marios Nikolaou, véritable taulier d’AEL depuis 2010. Les ailes gauches et droites pourront être tenues respectivement par Nektarios Alexandrou (APOEL), et Giorgos Efrem (Omonia). Mais on devrait très probablement voir Vincent Laban (Astra Giurgiu, Roumanie), le natif de Pau, jouer au milieu.
Les autres milieux : Giorgos Economides (Doxa), Kostakis Artymatas (APOEL), Giorgos Aresti (ENP).

Les attaquants : le poste d’avant-centre devrait revenir à Nestoras Mitidis (10 buts cette saison avec AEK Larnaka), ou bien à Andreas Papathanasiou (Ermis). Ce n’est pas non plus le point fort de cette sélection, car ces joueurs ne sont pas titulaires indiscutables dans leurs clubs, où ce sont en général des attaquants étrangers (Brésiliens, Portugais, etc) qui ont la vedette.
Les autres que vous pourrez peut-être voir : Piros Sotiriou (APOEL), Onisiforos Roushias (Omonia).

Mon équipe-type :
————————-Mastrou——————————–
Kyriakou – Merkis – E. Charalambous – Sielis
——-Charalambides (ou Laban) – Makrides——
————————Nikolaou——————————
Efrem – ————————————-Alexandrou
—————————Mitidis—————————–

Les points forts de cette équipe : un milieu qui tient l’équilibre de l’équipe, des joueurs d’expérience qui encadrent bien les jeunes, un courage sans faille (ils font avec ce qu’ils peuvent).
Les points faibles : le gardien de but, excepté s’il fait le match de sa vie, ne devrait pas etre brillant, et l’avant-centre trop peu experimenté ne devrait pas inquieter la défense japonaise. A redouter un manque de cohésion et d’organisation si le groupe est chamboulé, mais c’est le boulot du coach.

Mon pronostic : une victoire 2-0 pour le Japon, mais pas sans peine.

A savoir que je ne peux vous préciser qui joue avec les champions 2013-14, car le match AEL – APOEL a été arreté et sera rejoué, en raison d’un tir de feu d’artifice qui a atteint le défenseur d’APOEL Kaka en pleine tete et a aussi blessé le docteur d’AEL. Oui, c’est très chaud à Chypre.

Alfredo

Be Sociable, Share!